Quelques conseils


L'ostéopathe est également là pour vous accompagner et vous conseiller sur des détails qui peuvent parfois paraitre anodins mais entrainent des problèmes plus importants à long terme s'ils ne sont pas anticipés.

Voici donc quelques conseils qui peuvent vous aider :

L'importance du montoir


Se mettre en selle sans l'aide d'un montoir provoque d'importants déséquilibres au niveau du dos du cheval, qui par la suite, par un jeu d'adaptations et de compensations, retentiront inévitablement sur l'ensemble du corps de l'animal.

En montant toujours du même côté (Gauche le plus souvent), la selle vient comprimer les vertèbres de l'animal et mettre en tension toute sa ligne de dos. Ce qui provoque, à la longue, d'importants blocages au niveau du garrot et des autres vertèbres en contact direct ou indirect avec la selle.

De plus, monter à cheval sans l'aide d'un montoir dégrade également votre selle. L'utilisation répétée de l'étrier et de l'étrivière gauche pour se hisser à cheval plaque les panneaux et quartiers de la selle contre la colonne vertébrale et finit, à la longue par les déformer et altérer la qualité de l'arçon.

L'utilisation du montoir permet d'éviter ou du moins de réduire toutes ces compressions qui peuvent à la longue entraîner des dysfonctionnements.

Si l'utilisation d'un montoir n'est pas possible, pensez à alterner la monte à gauche ET à droite afin d'équilibrer un maximum les pressions faites sur le dos de votre cheval.



Un contrôle ostéopathique est conseillé entre une et trois fois par an.


Bien choisir sa selle


Le choix d'une selle est une étape cruciale pour le cavalier/propriétaire et parfois un réel parcours du combattant.

Il est important de savoir que la selle doit impérativement être adaptée au cheval ET à son cavalier et pas uniquement à l'un ou l'autre comme beaucoup peuvent le laisser penser ...
En effet, une selle mal adaptée au cheval peut très rapidement entraîner des blessures cutanées, des frottements à type de brulures mais surtout des blocages articulaires et faciaux pouvant réellement être problématiques pour votre animal.

Par exemple, attention à ce que la selle ne dépasse pas sur les lombaires (Dans ce cas, elle pourrait créer des dysfonctionnements sur les lombaires, le bassin et tout l'arrière-main) ou qu'elle ne soit pas placée trop en avant (Dans ce cas, elle verrouillerait le garrot, les épaules et l'avant-main dans son ensemble).
A la longue, cette mauvaise adaptation et/ou mauvais positionnement de la selle peut être responsable de symptômes tels que des boiteries, de l'agressivité au montoir et/ ou au pansage, de la rétivité etc

De plus, un cavalier étant sur une selle non adaptée n'est pas à sa place, gesticule sur sa selle à la recherche de son équilibre et peut gêner son cheval et rapidement entrainer des dysfonctionnements.

Avant l'achat définitif d'une selle, penser à la faire contrôler par un professionnel. (Sellier, Saddle Fitter, Ostéopathe etc)

Trouver un Saddle Fitter

Enfin, si vous possédez un jeune cheval, garder aussi à l'esprit que sa morphologie va évoluer ...



Un contrôle ostéopathique est conseillé entre une et trois fois par an.


La selle doit impérativement être adaptée au cheval ainsi qu'à son cavalier.


Voici les principaux points clefs de la bonne adaptation de la selle au cheval :

- La selle ne doit en aucun cas toucher la colonne vertébrale (Ni le dessus, ni les côtés)
- La selle doit laisser les épaules libres, les omoplates doivent être totalement dégagées
- La selle ne doit pas reposer sur les lombaires (Repère : Dernière côte maximum)
- Les panneaux de la selle doivent être au contact dus dos du cheval de façon parfaitement régulière
- En regardant par l'avant ou par l'arrière de la selle, la gouttière doit être totalement libre
- La selle doit être équilibrée et symétrique. Un appui sur le pommeau ne doit pas faire pencher le siège et inversement
- La sangle doit être positionnée à une main du coude du cheval
- Les traces de transpiration doivent être symétriques

Lorsqu'elle est mal adaptée ou mal placée, elle peut entrainer des contractures musculaires voir, à la longue, des blocages articulaires provoquant des réactions de défenses ou des compensations pouvant gêner la mobilité du cheval.



Un contrôle ostéopathique est conseillé entre une et trois fois par an.


Certains signes doivent vous interpeler et vous faire penser que votre selle n'est pas adaptée à votre cheval.


En voici certains :

- Plaies, poils blancs, œdèmes,
- Défense sous la selle, agressivité au sanglage et à la monte,
- Hypersensibilité du dos,
- Bouche dure, refus de mise en main,
- Contractures, amyotrophie musculaire,
- Traces de transpiration non symétrique,
- Incurvation vertébrale difficile voir impossible,
- Ruades, agitation,
- Refus à l'obstacle ...

Liste non exhaustive



Un contrôle ostéopathique est conseillé entre une et trois fois par an.

marie boichon osteopathe animalier cadillac gironde